Essai routier – Hyundai IONIQ 5

Hyundai magog essai routier ioniq 5 header

La toute nouvelle IONIQ 5 est sans l’ombre d’un doute la voiture la plus importante de l’histoire de Hyundai à ce jour. Son look qui diffère complètement de ce à quoi le manufacturier sud-coréen nous a habitués et sa plateforme modulaire E-GMP dédiée entièrement à l’électrique représentent un immense pari économique, stylistique et technique. Alors, est-ce que Hyundai a misé juste? C’est ce que nos collègues d’AutoPassion vous expliquent dans ce texte. 

La transition électrique est un livre à plusieurs chapitres

Jusqu’à tout récemment, les autos électriques se divisaient grosso modo en deux catégories. La première étant celle des véhicules électriques pour monsieur-madame tout le monde, vendus à un prix abordable, offrant des performances normales et une autonomie adéquate, pensez aux Nissan Leaf, Chevrolet Bolt et Kia Niro EV par exemple. Alors que pour la deuxième catégorie, ce n’est pas compliqué, c’était Tesla, avec leurs voitures d’un peu, voir beaucoup plus chères, mais offrant des performances et des autonomies hallucinantes. Et force est d’admettre que c’est une recette qui a fonctionné, car jusqu’à tout récemment, 80% des véhicules électriques vendus aux États-Unis étaient des Tesla! 

Hyundai magog essai routier ioniq 5 1.2

En fait, c’est un peu comme si pendant que toute la classe automobile était encore au chapitre 1 du livre de la transition électrique, Tesla était déjà rendu au chapitre 2. Cette réalité a d’ailleurs fait de Tesla le titre chouchou de Wall Street, puisqu’en date d’aujourd’hui, la capitalisation boursière du manufacturier californien dépasse le trillion de dollars, ce qui est huit fois plus que Volkswagen, douze fois plus que Ford et vingt-quatre fois plus que Hyundai, même si Hyundai vend approximativement trois fois plus de véhicules que Tesla par année. Pour plusieurs, cette situation illustre tout simplement une bulle économique, alors que pour d’autres, elle démontre plutôt à quel point les investisseurs accordent de l’importance à la transition électrique. 

Hyundai magog essai routier ioniq 5 2
*valeurs en date du 20 décembre 2021

Évidemment, la plupart des analystes s’attendaient à ce que Tesla ait de plus en plus de compétition au fil du temps, ce qui est arrivé cette année. Rivian par exemple, a réussi à produire une camionnette électrique avant Tesla, ce qui a automatiquement catapulté le constructeur floridien au 5e rang de l’industrie en termes de capitalisation boursière. Alors que Lucid, un manufacturier qu’à peu près personne ne connaissait l’année passée et qui vient tout juste d’amorcer la production de la Lucid Air qui s’attaque à la Tesla Model S, vaut maintenant davantage que des petits manufacturiers marginaux, tels que Honda ou le Groupe Stellantis qui englobe entre autres Chrysler, Peugeot et Fiat

Alors, pourquoi la IONIQ 5 est l’auto la plus importante de l’histoire de Hyundai? Car comme la Mustang Mach-E chez Ford et l’ID.4 chez Volkswagen, elle se veut l’une des premières vraies voitures électriques conçues par un manufacturier qui n’est pas une startup, et surtout, car elle s’adresse à monsieur-madame tout le monde puisque son prix oscille entre 45 000$ et 60 000$ avant les subventions. A-t-elle ce qu’il faut pour faire exploser la valeur en bourse de Hyundai? Aucune idée, ce n’est pas notre domaine, mais ce que l’on sait, c’est elle a vraiment tout ce qu’il faut pour être la voiture de l’année 2022! 

Les temps de recharge de la Hyundai IONIQ 5

Hyundai magog essai routier ioniq 5 3.2

Maintenant que la mise en contexte est faite, lançons-nous dans le vif du sujet avec ce que nous considérons être le plus grand avantage de la IONIQ 5 – son système de recharge, puisque c’est là que les autos électriques doivent bien faire pour être concurrentielles par rapport aux autos à essence. Et avec son système qui peut prendre jusqu’à 800 volts, la IONIQ 5 offre des temps de recharge exceptionnellement rapides.

Sur une borne de niveau 2 comme la plupart des gens ont à la maison, elle peut recharger ses piles de 10 à 80% en 6h45, alors que sur une borne plus rapide de 150kW, le temps de recharge descend à seulement 25 minutes. Mais le plus impressionnant, c’est en utilisant une borne de 350kW, le plein d’électrons se fait en seulement 18 minutes. Certes, ce type de borne est encore plutôt rare, mais notez que l’on en retrouve de plus en plus à Magog en Estrie et ailleurs au Québec. D’ailleurs, sur ce type de borne, vous pourrez même faire grimper l’autonomie de 100 kilomètres en seulement 5 minutes, ce qui selon Hyundai, fait de la IONIQ 5 le véhicule électrique qui se recharge le plus rapidement sur le marché présentement.

Cinq versions disponibles

Pour ce qui est des versions disponibles maintenant, il y en a cinq. Les deux premières sont donc l’Essential et la Preferred. Dans les deux cas, c’est un rouage à roues motrices arrière propulsées par un moteur développant 168 chevaux et fait à noter, ces deux versions sont les seules munies de la petite batterie de 58 kWh, offrant tout de même une autonomie respectable de 354 kilomètres.

Hyundai magog essai routier ioniq 5 4.5

Les trois autres versions sont pour leur part munies d’une plus grosse batterie de 77,4 kWh qui soit dit en passant, leur permet de remorquer jusqu’à 2000 lb. Alors la première est la Preferred longue portée deux roues motrices, qui développe 225 chevaux et qui est la version offrant la meilleure autonomie, soit 488 kilomètres. Ensuite, il y a la version Preferred longue portée quatre roues motrices munie d’un moteur de plus à l’avant, qui fait passer la puissance à 320 chevaux et permet de boucler le 0-100km/h en 5,1 secondes. Puis finalement, il y a la version Preferred longue portée quatre roues motrices avec l’ensemble Ultimate, qui a la même mécanique, mais qui ajoute des options comme le toit panoramique, l’affichage tête haute avec réalité augmentée et le fameux chargeur bidirectionnel qui permet d’utiliser l’auto pratiquement comme une génératrice en utilisant la charge de la batterie pour brancher des appareils comme un réfrigérateur ou une télé par exemple.

Ici, vous trouvez peut-être que la nomenclature des versions est un peu étrange puisqu’on a une Essential et quatre Preferred, mais de ce que nous avons entendu, c’était la solution que Hyundai a trouvée pour que tous les modèles de IONIQ 5 soient éligibles aux 13 000$ de subventions. 

Hyundai magog essai routier ioniq 5 5

Un look à la fois rétro et futuriste

Certes, la Mustang Mach-E est très belle, mais à nos yeux, elle ne bat pas la nouvelle IONIQ 5! En l’observant de ¾ avant, on peut voir les phares très carrés, les angles dans le pare-chocs, les petites lignes sur les arches et les grosses lignes dans les portes qui donnent un effet 3D, c’est juste sensationnel! Même chose de ¾ arrière avec le pilier C et l’aileron qui rappel la fameuse Lancia Delta Integrale, et les feux en pixels qui offrent un look rétro futuriste! En personne, cette voiture est hallucinante! Pour nous, ce fut un coup de cœur instantané, non seulement parce qu’elle est belle, mais surtout parce que ça ne ressemble absolument à rien d’autre sur la route avec ses dimensions plutôt uniques.

Hyundai magog essai routier ioniq 5 6

En photo on pourrait croire qu’on a affaire à une compacte à hayon, mais en personne, elle est beaucoup plus volumineuse. En fait, pour vous donner une idée, sa garde au sol est supérieure à celle de la Mach-E, et l’empattement entre ses roues est de 3 mètres, ce qui est 100mm de plus que l’immense Palisade. Et puisqu’on a très peu de porte à faux aux extrémités, ça donne l’illusion qu’on est en présence d’une compacte, ce qui est un réel tout un tour de force de la part des designers!

Un habitacle très spacieux et technologique

Lorsqu’on prend place à bord de la IONIQ 5, la première chose qu’on remarque est la configuration du volant à 2 branches très épuré, à tel point qu’il n’arbore même pas le logo Hyundai, du moins à première vue, car les quatre petits pixels signifient en réalité le mot Hyundai en langage morse, ce qui est assez original! Une autre chose originale est le levier de vitesse qui se situe en dessous de celui des essuie-glaces et qui est vraiment très beau, mais petit défaut ici par contre, la IONIQ 5 2022 n’a pas d’essuie-glace à l’arrière, un oubli inexcusable de la part de ses concepteurs, surtout pour le marché canadien. 

Hyundai magog essai routier ioniq 5 7

Pour ce qui est de la planche d’instrumentation, elle se divise en deux écrans de 12,3 pouces, ceinturés par une surface en fini blanc qui détonne un peu avec l’intérieur noir, mais qui a l’avantage d’être moins éblouissante lorsque le soleil plombe dessus, contrairement à un fini en plastique noir laqué. L’infographie de l’écran derrière le volant est superbe et indique plusieurs informations telles que notre vitesse, notre autonomie et notre niveau de recharge qui augmente lorsqu’on utilise le freinage régénératif réglable avec les palettes derrière le volant. Pour ce qui est de l’écran multimédia, là aussi, l’infographie est superbe, et permet de voir les données de la batterie, la navigation, Apple CarPlay, etc. 

Un peu plus bas, on retrouve un mix entre des boutons physiques et tactiles dans la console. Le petit défaut ici par contre est qu’il faut passer par les menus pour activer les sièges chauffants ou refroidissants plutôt qu’avoir un vrai bouton physique. 

Hyundai magog essai routier ioniq 5 8

Niveau ergonomie, tout a été pensé pour être pratique au quotidien. La console entre les sièges par exemple est amovible, ce qui lui permet de glisser jusqu’à l’arrière, et puisque le plancher est plat, on se retrouve avec un espace pour les pieds semblable à ce qu’offrent certaines minivannes. Ensuite, si vous voulez faire une petite sieste pendant que l’auto se recharge, le siège conducteur peut se pencher pratiquement comme un lit, et dans les versions plus haut de gamme on a même une section pour soutenir les jambes, ce qui est une très bonne idée! Finalement à l’arrière, c’est extrêmement spacieux. Les sièges peuvent s’ajuster et ils peuvent même être chauffants dans certaines versions. 

La voiture de l’année 2022?

Pendant notre essai, nous avons été aux premières loges pour constater la beauté des lignes de la IONIQ 5 et à quel point son habitacle est bien pensé. Toutefois, ce qui risque d’en faire l’auto de l’année selon nous, c’est plutôt la façon qu’elle se comporte sur la route. Vous devez savoir tout d’abord que normalement, nous avons presque toujours les versions les plus haut de gamme des véhicules mis à l’essai. Or, dans le cas de celui de la IONIQ 5, nous avions le modèle de base, à roues motrices arrière, sur une chaussée enneigée, glissante, et malgré tout, nous sommes tombés amoureux de cette auto-là!

Évidemment, avec ses 168 chevaux dans notre modèle à l’essai, ce n’est pas une bombe, mais ce n’est pas non plus l’objectif de la IONIQ 5. En fait, sa mission est plutôt d’être le véhicule optimal pour la vie de tous les jours, tout en ne coûtant pas un sou d’essence. Et dans cette optique, la IONIQ 5 remplit sa mission à la perfection! Elle est hyper confortable. Sa suspension est juste assez souple, ce qui la rend plus apte qu’une Mach-E ou un Model Y par exemple lorsqu’elle doit absorber les imperfections de la route. L’assise est haute, mais pas trop. L’habitacle est spacieux, mais ça demeure une auto très facile à garer. Bref, après tous les essais routiers que nous avons réalisés, nous connaissons à peu près par cœur les recettes de tous les manufacturiers, et la recette que Hyundai a créée avec la IONIQ 5, ce n’est pas compliqué, c’est la voiture du peuple 2.0, car c’est ça que devrait être une auto en 2022!

Et à voir l’engouement monstre pour ce véhicule et les listes de commandes qui s’allongent de jour en jour, force est d’admettre que nous ne sommes pas les seuls à penser ainsi.

Pour ne rien manquer de l’actualité automobile et pour découvrir nos essais routiers, suivez AutoPassion sur YouTube!

Image4 1024x278 1 1 1